6 UNDERGROUND : DU MICHAEL BAY BROUILLON…

6 Underground est le premier film de Michael Bay pour Netflix. De l’action, de l’explosion et un bon casting, pour un film trop brouillon. Dommage.

6 Underground, c’est l’histoire de One (Ryan Reynolds). Un génie milliardaire façon Elon Musk qui simule sa mort afin de former une équipe de justiciers. Les membres de son équipe ont eux aussi simulé leur mort. Ensemble, il s’attaque aux plus dangereux criminels du monde.

Cette agence tous risques 3.0 est composée d’une ancienne agente de la CIA (Mélanie Laurent), d’un tueur à gages, d’un expert en parcours (Ben Hardy), d’un docteur (Adria Arjona) et d’un ancien tireur d’élite (Corey Hawkins). Ça en fait du beau monde. Leur cible, Rovach Alimov (Lior Raz), un dictateur sans scrupules. Pour le faire tomber, ils veulent utiliser son frère et pacifiste, Murat Alimov (Payman Maadi). Comme la vie est comme elle est, sauver un peuple d’un méchant politicien n’est pas, mais alors pas du tout facile…même quand on « revient » du monde des morts.

DU MICHAEL BAY SANS SURPRISE

6 Underground : Photo
Copyright Netflix

Explosions, course poursuites, cascades, ralentis, fusillades… 6 Underground nous donne tout le menu Michael Bay avec suppléments de montage qui donne mal aux yeux. Le film commence par une course-poursuite dans les rues de Florence en Italie. La séquence est entrecoupée par les blagues de One, les crises d’énervement du docteur qui essaye de ralentir une hémorragie à l’arrière du véhicule et des passants qui frôlent la mort toutes les 5 secondes.

6 Underground est le deuxième film le plus cher de Netflix. Il a couté $150 millions. Le premier n'est autre que The Irishman avec $175 millions

En termes de réalisation, cette séquence mérite des applaudissements tant les cascadeurs ont fait du bon boulot. Cependant, son découpage façon combat de Transformers lui fait perdre tout son effet « WOW ». Ça donne mal à la tête. Bon, on ne va pas mentir, on savait où l’on mettait les yeux dès qu’on a su que Michael Bay était le réalisateur.

6 Underground : Photo Mélanie Laurent
Copyright Christian Black/Netflix Mélanie Laurent

Pour ce qui est du rythme, le film alterne entre scènes d’actions et états d’âmes des différents protagonistes. Supposé nous procurer un effet d’ascenseur émotionnel, on est très loin d’avoir les larmes aux yeux. Certaines séquences sont beaucoup trop longues pour rien et le film tente de rattraper le coup par la suite. Un coup trop lent, un coup trop rapide…On finit par avoir la nausée… C’est dommage parce que dans le fond, il y a de l’idée.

TROP DE VOYAGES DANS LE TEMPS

En deux heures, 6 Underground essaye de caser un coup d’État au Moyen-Orient, tout en présentant le passé des six personnages grâce à des retours en arrière. On salue l’initiative, mais elle est beaucoup trop bâclée pour qu’on ait le temps d’éprouver de l’empathie à leurs égards. Au final, on se demande si c’était vraiment nécessaire.

6 Underground : Photo Adria Arjona, Ben Hardy, Corey Hawkins, Manuel Garcia-Rulfo, Mélanie Laurent
Copyright Netflix

Autre point noir du film, son scénario tout simplement. Oui, c’est du Michael Bay et ce n’est pas dans ce domaine qu’il excelle, mais tout de même. Un milliardaire qui fait ce qu’il veut sans que personne ne l’inquiète ? Un dictateur du Moyen-Orient ? Un peuple qui doit être délivré de l’oppression par l’occident ? C’est un peu limite en 2020.

Pour ne pas trop l’enterrer, disons quand même que 6 Underground nous rappelle légèrement Ocean’s Eleven ou Inception. Vous comprendrez en regardant le film. Le casting tient la route et heureusement, mais sans plus. On ne s’attache à aucun d’eux et c’est bien dommage quand on sait que le film est le premier d’une possible longue franchise type Fast and Furious. (cf scène de briefing avec les futures cibles). On va donc les revoir d’ici l’année prochaine si tout va bien ou 2022.

6 Underground : Photo Adria Arjona
Copyright Christian Black/NetflixS Adria Arjona

En espérant que la suite soit plus cohérente et moins chaotique, allez regarder 6 Underground sur Netflix. Il reste un bon film si on pose son cerveau sur le côté pendant 2h07.

%d blogueurs aiment cette page :