PORTRAIT 🇬🇦 : ANTHONY OBAME : DANS LA TÊTE D’UN CHAMPION

Portrait d’Anthony Obame. Unique athlète gabonais de l’histoire, à être médaillé aux Jeux Olympiques.

C’était en 2012. Baigné dans le taekwondo depuis tout jeune, il est aujourd’hui l’un des plus titrés de ce sport de combat avec 34 médailles. Assidu, déterminé et talentueux, Anthony Obame est un champion dans l’âme. CYM PRESS a voulu explorer son esprit.

1997, Anthony Obame débute le taekwondo dès l’âge de 6 ans. Son père l’initie à ce sport de combat tout droit venu de Corée du Sud. Il en tombe amoureux et comprend en regardant les Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, qu’il veut être un champion. Son ascension va être fulgurante. Anthony travaille dur et en 2010, il participe à son premier tournoi international : Le Championnat d’Afrique.

CHAMPIONNAT D’AFRIQUE 2010 : PREMIER KO, PREMIÈRE MÉDAILLE

Mon premier championnat d’Afrique en 2010 s’est déroulé en Libye, à Tripoli.

Anthony Obame aux Championnat du monde de 2013, à Puebla au Mexique.

Du haut de ses 22 ans, Anthony se hisse sur la troisième marche du podium. Cependant, ce qu’il retient le plus de cette première expérience au niveau mondial, c’est son tout premier combat.

J’ai eu une médaille de bronze, mais c’est vrai que mon premier combat était magnifique. Une victoire par KO. Je me souviens encore de l’enchainement : Dobble, bandal monton olgul !

2011 : APPRENTISSAGE AUPRÈS D’AUTRES CHAMPIONS

L’année qui suit, Anthony intègre l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance), en France. Là-bas, il côtoie des championnes et champions du taekwondo comme Gwladys Epangue et le français Pascal Gentil. On lui a demandé ce qu’il avait ressenti ce jour-là.

Je me suis maîtrisé mais à l’intérieur je bouillonnais !!! (rires) Ce sont de grands champions que je voyais à la télé. Je me souviens que j’allais au cybercafé pour regarder les combats de Pascal, donc imaginez l’émotion. Aujourd’hui c’est un grand frère qui me supporte et que j’admire toujours. Gwladys également, c’est la famille que j’ai trouvée en France.

Pascal Gentil & Gwladys Epangue © Gala

Pour les amoureux de ragots, sachez qu’Anthony Obame n’a jamais pensé à se naturaliser lors de son passage à l’INSEP.

C’est vrai qu’entre nous le sujet était souvent évoqué, mais jamais directement, ni officiellement. Mais j’aurais refusé de toute manière. Nous avons des problèmes chez nous c’est vrai, mais le Gabon c’est mon pays et je suis fier de ce que je fais par la grâce du Seigneur et ce que ça représente pour nous. L’exploit, l’histoire !!!

2012 : PREMIÈRE MÉDAILLE DE L’HISTOIRE DU GABON AUX JEUX OLYMPIQUES DE LONDRES

Le travail, les entrainements et les sacrifices payent pour Anthony. Aux Jeux Olympiques de Londres, en 2012, il réalise un parcours fantastique jusqu’en finale. Il s’incline malheureusement face à l’italien, Carlo Molfetta, mais alors que le combat s’arrête, l’athlète gabonais de 23 ans ne se rend pas encore compte de ce qu’il vient de faire.

À cet instant je ne réalise pas, comme je suis dans une optique de performance. Mais après la compétition, c’est le regard des gens, leur attitude, le retour au pays qui me font comprendre que nous avons réalisé un exploit !!!

Anthony Obame rebondit très vite et devient champion du monde en 2013. Il s’impose face à l’iranien Sajjad Mardani. Pour lui, c’est une victoire qu’il doit au gain d’expérience et à Dieu. Sur le toit du monde, il devient champion d’Afrique en 2014 à Tunis, en Tunisie, avant de remporter le Grand Prix à Suzhou en Chine.

Anthony Obame après sa victoire aux Championnats du Monde de Puebla (Mexique) en 2013.

C’était ma journée !!!

UNE PASSION INFINI POUR LE TAEKWONDO

34 médailles. C’est tout simplement énorme. Ce qu’il y a derrière, c’est une éthique de travail, de la détermination mais surtout une passion sans fin pour le taekwondo.

J’aime le Taekwondo, je l’ai dans la peau et aujourd’hui, je ne le fais plus pour moi, mais pour tous ceux que je représente !!! C’est pour ça que peu importe les difficultés que je peux traverser, je suis là, je suis prêt !

Et pour être prêt, Anthony s’entraine. Pour devenir un champion, il faut vivre comme tel et ça, il l’a bien compris.

Je m’entraine toute l’année (ce serait une maladresse d’attendre un événement pour le faire). J’ai entre 10 et 8 séances d’entraînement par semaine.

Pour gagner, il faut bien manger.

Mon alimentation peut varier, mais je ne dois jamais oublier de m’hydrater, et de consommer beaucoup de sucre lents ( ) etc…

Bien sûr, les meilleurs athlètes dorment, n’est-ce pas Anthony ?

Le repos est obligatoire. Entre six et 8 heures, c’est pas mal.

ANTHONY OBAME : BÂTISSEURS DE L’AFRIQUE DE DEMAIN

En 2014, le magazine Forbes le classe dans les 20 jeunes bâtisseurs de l’Afrique de demain. Une nomination qui colle aux projets qu’Anthony a en tête pour le Gabon et le continent tout entier.

Nous avons parlé de l’INSEP Plus haut n’est-ce pas ? Et bien bâtir l’équivalent chez nous, c’est mon rêve. Un centre qui réunira les meilleurs gabonais, les meilleurs africains, qui invitera les champions d’autres continents et qui donnera la possibilité à nos jeunes d’être acteurs de ce qu’on appelle le « Double Projet » !!! Je m’arrête là…

En espérant en apprendre un peu plus sur le Double Projet, vous pouvez suivre Anthony Obame sur Instagram où il est très actif.

%d blogueurs aiment cette page :