BLOOD OF ZEUS : ON NOUS A VENDU DU RÊVE…

Produit par le studio derrière Castlevania sur Netflix, Blood of Zeus nous propose une ennuyeuse guerre civile entre les dieux de l’Olympe…

Série d’animation de 8 épisodes, Blood of Zeus nous a vendu du rêve avec sa bande-annonce. Celle-ci nous promettait une aventure épique digne d’un Clash of Titans dont il s’inspire pas mal. Malheureusement, on a droit à un condensé de combats et de complots sans réel intérêt.

HÉRON OU PERSÉE ?

Le héros que l’on suit se nomme Héron. Demi-Dieu, car il est le fils de Zeus et d’une mortelle, Electra. Le voilà choisi par le destin (ou son père) pour sauver l’Olympe, les dieux et surtout le monde. Scénario classique vous direz, mais bon, c’est un peu ça la mythologie grecque. Bref, on se retrouve avec un héros sans réel intérêt qui cherche à comprendre pourquoi tout ça lui arrive. Puis, une fois qu’il le comprend, essaye de ne pas haïr tout le monde.

BLOOD OF ZEUS : ON NOUS A VENDU DU RÊVE...
Héron © Netflix

Manquant de charisme malgré ses cheveux noirs et yeux bleus, il n’arrive pas à nous captiver contrairement à celle qui va l’aider. D’ailleurs, on retient plus les apparitions d’Hermès et Apollon tant elles sont charismatiques. Son histoire ressemble beaucoup à celle de Persée dans Clash of Titans et ça ne lui rend pas service. Pourquoi lui et pas Hercules par exemple ? Qu’a-t-il de spécial ? Même Zeus ne nous le dit pas vraiment. Il fallait un nouveau héros, c’est tout.

BLOOD OF ZEUS : ON NOUS A VENDU DU RÊVE...
Hermès © Netflix

À LIRE AUSSI : NETLIX ANNONCE UNE SAISON 4 POUR CASTLEVANIA

BLOOD OF ZEUS, C’EST L’HISTOIRE D’UNE GUERRE CIVILE ENTRE LES DIEUX

Le fil rouge que l’on suit tout au long des 8 épisodes est celui-ci : Héra veut se venger des tromperies de Zeus et monte tout l’Olympe contre lui. En effet, le roi des dieux n’a pas respecté les règles qu’il a lui-même instaurées. Trop en colère, Héra décide de fomenter un plan pour réveiller les Titans et détrôner Zeus. Pour ça, elle va utiliser Seraphim, un démon prêt à tout pour asservir l’humanité.

BLOOD OF ZEUS : ON NOUS A VENDU DU RÊVE...
Zeus © Netflix

Ce qui nous a dérangé avec tout ça, c’est l’idée de guerre civile entre les dieux. La série ne nous dit pas si un dieu peut réellement en tuer un autre. De plus, la vengeance d’Héra n’a pas vraiment de sens, sans compter tous les oublis scénaristiques qui plombent tout simplement l’histoire. Comment se fait-il que tel soit là ? Pourquoi lui , il n’est pas au courant ? etc.

BLOOD OF ZEUS : ON NOUS A VENDU DU RÊVE...
Les Géants © Netflix

BLOOD OF ZEUS RATE LE COCHE, MAIS PEUT SAUVER LE COUP

Pour une première saison, Blood of Zeus laisse trop de questions sans réponse. Malgré une animation au top, mais inutilement sanglante par moment, on sort de là avec un goût d’inachevé. Le Zeus qu’on nous présente est loin d’être arrogant et volage comme dans les récits que l’on connaît tous. Il y a un trop grand focus sur les personnages masculins. Où sont les déesses comme Athéna ou Artemis ? Enfin, Alexia, un personnage que vous allez aimer, n’est pas assez exploité à notre goût, mais ça c’est nous.

BLOOD OF ZEUS : ON NOUS A VENDU DU RÊVE...
Alexia et Héron © Netflix

En clair, si Blood of Zeus arrive à se recentrer sur des personnages emblématiques, avec plus de femmes puissantes au premier rang, alors la saison 2 pourrait faire oublier les maladresses de la première. Attention, on a bien aimé, même si la fin nous a paru longue. Toutefois, elle promet une suite que les plus malins verront vite venir ! En trois mots : ça se regarde !

%d blogueurs aiment cette page :