DRACULA NETFLIX UNE VERSION QUI VAUT LE DÉTOUR! OUI !

Dracula (2020), disponible sur Netflix est une nouvelle adaptation du roman de Bram Stoker. Cette version contemporaine aborde la vie du comte d’une façon inattendue…

Réalisée par Steven Moffat et Mark Gatiss (Sherlock), Dracula s’inspire du roman éponyme, mais s’en éloigne beaucoup sur le fond et la forme. En effet, la série explore le caractère du comte et plonge au plus profond de ses vulnérabilités.

TROIS ACTES DE 90 MINUTES

Tout comme la série Sherlock, Dracula se compose de trois épisodes de 90 minutes chacun. Le premier est raconté du point de vue de Jonathan Harker (John Hefferman), un avocat anglais que Dracula fait prisonnier dans son château en 1897. Harker arrive à s’échapper et trouve refuge dans un couvent dirigé par la soeur Agatha Van Helsing (Dolly Wells). Là-bas, il raconte tout ce qu’il a vécu dans le château.

Le second épisode quant à lui, se déroule sur un bateau nommé Le Demeter (déesse de l’agriculture et des moissons dans la mythologie grecque) en route pour l’Angleterre. À bord, Dracula cherche à en apprendre un peu plus sur la société anglaise…

Photo

Enfin, le dernier épisode nous montre un Dracula qui arrive sur une plage et qui est accueilli par une personne qu’il connaît bien.

UNE VERSION MOINS EFFRAYANTE QUE PRÉVUE

Si vous cherchez le grand frisson alors Dracula version Netflix n’est pas fait pour vous. La série ne fait quasiment pas peur. Des sursauts ici et là, mais sans plus. À chaque épisode, on en apprend un peu plus sur le comte, mais une part de mystère est toujours gardée pour le suivant. De ce côté-là, les réalisateurs réussissent à bien gérer l’attente et cultiver le suspens.

Le point fort de la série réside dans son casting. Claes Bang est captivant dans son interprétation d’un Dracula élégant et charismatique. Dolly Wells en Van Helsing a de la répartie en plus d’offrir une prestation qui égale celle de Dracula. Au niveau des effets spéciaux, c’est du très bon niveau pour une série. Ce qui est rassurant ici, c’est qu’on ne retombe pas dans les stéréotypes des séries de vampires. Pas de crucifix ou d’oignons ou de jet d’eau bénite à tout-va. Ici, on suit une « enquête/recherche » qui s’étend sur plusieurs années.

Photo

Dracula est une série à suspens plus qu’une série d’horreur malgré le 16+. On se retrouve à enchaîner les épisodes sans voir le temps passer, car on veut savoir quelles sont les raisons derrière les superstitions qui entourent le mythe de Dracula. La fin nous donne des réponses en plus de nous laisser entrevoir une possible suite, s’il y aura.

Quoi qu’il en soit, Netflix réussit à faire vivre la légende du comte Dracula sur sa plateforme, après son passage sur la BBC One en Angleterre du 1er au 3 janvier 2020.

%d blogueurs aiment cette page :