Publicités

ECRIRE POUR EXISTER : UNE ŒUVRE INTEMPORELLE

Ecrire pour exister

Ecrire pour exister, film de Richard LaGravenese, sorti en 2007, témoigne des problèmes de ségrégations et de racisme inculqués par les gangs dans les années 90. Avec en tête d’affiche Hilary Swank, forte de son succès dans Million Dollar Baby, Ecrire pour exister marque. Zoom sur un film aux sujets sérieux et polémiques, mais terriblement actuels.

« Je laisse une semaine à la meuf » lâche un élève goguenard en parlant de sa nouvelle professeure de littérature anglaise. Ecrire pour exister, c’est l’histoire d’une jeune femme prête à tout pour changer ce qui semble immuable. Erin Gruwell, jeune professeur de 23 ans, a choisi de débuter sa carrière dans un lycée multiethnique de Long Beach. C’est un quartier réputé pour être l’un des plus violents de Los Angeles. Là-bas, elle fait face à des élèves en colère, délaissés par leurs professeurs, embrigadés dans des guerres de gangs, et complétement désintéressés par son cours. Alarmée, Erin Gruwell lance alors un projet qui leur ressemble, celui de leur faire écrire leur propre histoire.

Andre Bryant (Mario) a un talent, même s’il ne veut pas l’exploiter… (Ecrire pour exister, 2007)

ECRIRE POUR EXISTER, DES THÈMES PUISSANTS SUR FOND DE RYTHME HIP-HOP

Adapté d’une histoire vraie, Ecrire pour exister est doté d’un arrière-plan historique puissant. En 1992, des émeutes ont eu lieu en Californie pour protester contre l’acquittement de quatre officiers de police blancs. Ces derniers avaient brutalement frappé, Rodney King, un jeune automobiliste noir. Ce film, sorti en 2007, n’a pas pris une ride. Des thèmes intemporels y sont abordés : le racisme, la tolérance et le sens de la justice. La mixité illusoire au cœur de ce lycée dénonce une réalité actuelle : le regroupement des groupes par ethnicité. Par ailleurs, le titre français Ecrire pour exister n’est pas le choix le plus judicieux. Il enlève toute l’emblématique historique du titre original The Freedom Writers, en référence au « Freedom Riders », militants du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis dans les années 60.

Ecrire pour exister
Erin Gruwell (Hilary Swank) apprend autant qu’elle enseigne…(Ecrire pour exister, 2007)

UNE ACTRICE ET UNE BANDE SON EFFICACES

À la fois scénariste et réalisateur, Richard LaGravenese a réussi à surprendre avec ce film aux sujets si polémiques. Pourtant, il n’en est pas à son premier galop d’essai, après avoir scénarisé Erin Brockovich, seule contre tous en 2000, film engagé sur l’empoisonnement industriel des eaux américaines. Le film Ecrire pour exister est porté par une Hilary Swank, remarquable dans le rôle de cette jeune professeure déterminée. Son interprétation éclipse totalement celle de rôles plus secondaires telle que Patrick Dempsey en mari esseulé.

Ecrire pour exister
Pour Scott (Patrick Dempsey), Erin (Hilary Swank) donne beaucoup de temps à son travail… (Ecrire pour exister, 2007)

Malgré le côté parfois un peu candide de son personnage, Hilary Swank a su transmettre la fougue et la ténacité de la vraie Erin Gruwell, avec laquelle elle correspondait pendant le tournage. Parmi les jeunes acteurs, le chanteur Mario, connu pour sa chanson « Let me love you » sortie en 2002, est très crédible dans le rôle d’André, un jeune afro-américain très en colère contre la justice. De plus, mention spéciale à des acteurs pas comme les autres, interprétant leur propre rôle à la fin du film.

Enfin, la bande originale du film, signée Will.I.Am et RZA, est un véritable hommage à la multiculturalité américaine. Rythmée et influencée par la culture afro-américaine, la bande son de ce film est inoubliable et le téléspectateur se surprend à dodeliner de la tête ou à taper du pied au rythme du beat très hachuré des différents thèmes musicaux. En bref, cette œuvre inoubliable offre une plongée au cœur d’un monde marqué par les ségrégations. Ecrire pour exister : à voir impérativement sur Netflix.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :