GREAT PRETENDER : L’ANIME DE LA RENTRÉE

On a regardé Great Pretender sur Netflix et on a adoré ! On vous dit pourquoi, parce qu’honnêtement, il est excellent !

Produit par le studio qui anime l’Attaque Des Titans, Great Pretender raconte l’histoire de Makoto Edamura alias Edamame. C’est un jeune homme qui se prend pour le plus grand escroc du japon jusqu’au jour où il rencontre un Français qu’il essaye d’escroquer. Il s’avère que ce dernier n’est autre que Laurent Thierry, un génie en la matière.

GREAT PRETENDER : L'ANIME DE LA RENTRÉE

GREAT PRETENDER : UNE TRÈS BONNE SURPRISE

Là où Great Pretender sort du lot, c’est par son style et atmosphère. Chaque nouvelle mission s’étale sur 4-5 épisodes. On découvre la cible, puis on nous explique pourquoi la bande cherche à la dépouiller. Oui, ils sont une sorte de robins des bois des temps modernes. À l’exception, qu’ils ne redonnent pas aux pauvres.

Plein de moments comiques et dramatiques, l’anime sait jouer avec nos émotions. Tantôt on a de la peine, tantôt on rit, puis on s’émerveille devant l’ingéniosité de Laurent Thierry et son équipe. Ce sont des malfrats, mais des malfrats très préparés. Ils ont toujours un voire deux coups d’avance sur leur cible et Edamura lui-même. En effet, ce dernier cherche toujours à prouver à Laurent qu’il est meilleur que lui. Malheureusement, ses idées se révèlent souvent mauvaises ou moins peaufinées que celles du frenchie. Toutefois, elles méritent le respect.

ON AIME LES VOIR ESCROQUER

Great Pretender réussit à nous faire aimer des escrocs, menteurs et manipulateurs. Comment ? Tout simplement en nous montrant leur humanité. Ils sont tous attachants et souffrent de blessures profondes. D’ailleurs, ces moments arrivent toujours comme un choc entre deux scènes comiques ou d’action. Ceci nous montre que le scénario est parfaitement géré, tout comme son rythme.

Le design des personnages est superbe. Il nous rappelle un peu celui de Cowboy Bebop et ça fait plaisir aux connaisseurs. Les protagonistes sont très expressifs et ont chacun leur propre personnalité. On a vraiment en face nous, une bande d’individus hétéroclite au passé compliqué. Pourquoi ils font ce qu’ils font ? Vont-ils arrêter un jour ? Sont-ils vraiment une famille ou juste des collègues le temps d’un casse ? C’est toutes ces questions qui nous traversent l’esprit au fil des épisodes.

L’ANIME DE LA RENTRÉE

Netflix réussit son coup de la rentrée avec Great Pretender. On enchaine les épisodes et ces derniers ne nous laissent pas de repos. On tombe dans le panneau à chaque fois, la tension monte au fil des épisodes, bref, c’est du lourd. Rarement, un manga nous avait donné autant envie de voir la suite sur Netflix. De plus, le générique de fin est une chanson de Queen quand même… Faut le faire !

La parole à Yung Malick
La parole à Yung Malick

Je trouve que la note de 18/20 est méritée. J’ai passé un excellent moment ! J’avais envie de voir plus de parce que les personnages sont attachants. Great Pretender est coloré et nous fait voyager. La musique est géniale et je ne me suis jamais ennuyé, car il se passe toujours quelque chose. Bref, je vous conseille de le voir vite !

%d blogueurs aiment cette page :