INTERVIEW : MAUREEN, MANNEQUIN ÉDITORIAL SUR LYON

© IG : @kayart_boudoir / @kayart.photography

Maureen est une mannequin éditorial. Elle nous parle du milieu dans lequel elle évolue en plus de nous partager ses expériences et plus encore.

Âgée de 22 ans, Maureen a fait différentes études. Aujourd’hui en Master 1 management commercial, elle possède une licence en soins infirmiers, ce qui fait d’elle aussi une infirmière.

« Je sus originaire d’Annecy et je suis venu faire mes études d’infirmières à Lyon. Puis j’ai décidé d’y rester pour faire ce Master en management commercial.« 

TOUT COMMENCE SUR LA PISTE DE DANSE

L’entourage de Maureen lui a souvent dit qu’elle était photogénique, qu’elle avait cette amitié innée avec l’objectif. Toutefois, la concernée avait quelques freins sur le sujet.

« Je me disais que je n’avais pas la taille mannequin et que donc, ça ne marcherait pas. Je fais 1m73, mais je n’ai pas la silhouette de mannequin, je ne suis pas ultra fine et ça n’a jamais été dans mon intention de l’être. »

Les débuts de mannequin éditorial de Maureen se sont fait de manière plutôt inconventionnelle. Vous savez, ces carrières qui commencent par une rencontre imprévue, une soirée à laquelle on ne voulait pas aller au départ, etc.

« Un soir alors que je suis en boite de nuit sur Lyon, un photographe vient me voir en me disant qu’il veut faire des photos avec moi et me donne sa carte. Sur le moment, j’ai peur et je me demande ce qu’il veut surtout avec tout ce qu’on entend. Du coup, je ne voulais pas du tout, mais il a insisté. »

En fin de compte, elle décide d’y aller après l’avoir contacté sur Instagram. C’est comme ça qu’elle se rend chez lui avec une de ses amies. Le shooting se déroule comme une séance photo typique en studio et le résultat lui a plu aussitôt.

« J’étais plutôt contente de moi on va dire. On en a fait d’autres, un en extérieur style mode et un autre en maillot de bain. Une fois postées, les photos ont eu pas mal de likes et d’autres photographes m’ont contacté. Du coup, j’ai décidé de créer un compte photo pour dissocier ma vie personnelle du monde de la photo. »

Dans le cas de Maurren, on peut dire que c’est l’opportunité qui est venue cogner à sa porte.

« C’est sûr que oui. Ce n’était pas prévu. Je ne me suis jamais dit que j’allais faire plein de shootings partout dans la France ! »

JE VEUX ÊTRE MANNEQUIN ÉDITORIAL

Un mannequin éditorial, c’est une personne qui va faire de la publicité, des affiches, etc. C’est à peu près la même chose qu’un mannequin photo, mais avec plus d’expériences. Le mannequin éditorial, en revanche, il ne défile pas forcément.

« Selon les normes pour l’instant, une mannequin qui défile doit faire 1m70 et être fine… faire du 36 quoi. Toutefois, il sera mieux payé que le mannequin éditorial. En clair, l’un peut faire l’autre, mais il travaillera plus dans un style de projets« 

Quand Maureen parle de « fine », elle ne pointe pas du doigt celles qui le sont. Cependant, elle met l’accent sur le fait qu’il faut être d’abord à l’aise avec son corps pour travailler dans ce milieu.

« C’est très important d’être à l’aise avec son corps. Il faut s’aimer comme on est et moi, je suis très à l’aise avec mes formes et je le revendique souvent.« 

INTERVIEW : MAUREEN, MANNEQUIN ÉDITORIAL SUR LYON
IG : © @jfh.photos

C’est clair qu’il faut être à l’aise avec soi-même dans ce genre de profession, mais il faut aussi l’être avec le regard des autres et surtout celui de son entourage. En effet, comme de nombreuses passions ou métiers qui sortent du cadre du 9 à 5, être mannequin éditorial ou modèle photo ne suscite pas toujours un grand engouement de la part des proches. C’est le cas des parents de Maureen. Ils n’étaient pas contre l’idée, mais au contraire, ils voulaient surtout qu’elle ait un plan de secours. L’instinct protecteur comme on dit.

« Au début, ils pensaient que ce n’était pas sérieux, du coup ils voulaient que je décroche au moins un diplôme. Pour eux, c’est plus une passion qu’un métier à part entière. Ils n’ont pas totalement tort même si depuis, ils acceptent mieux la chose. Ils voient que je suis passionnée maintenant. Toutefois, je pense que c’était plus la peur que je tombe sur des charlatans et tout ce genre de personnes.« 

MANNEQUIN ÉDITORIAL, ON LE NAIT ET ON LE DEVIENT

Et ça, Maureen en est très consciente. Elle fait toujours attention avec qui elle travaille. Elle mène son enquête et vérifie par le biais des mentions et des modèles crédités sur les photos si le photographe est sérieux ou pas.

« Si, il ou elle, mentionne le modèle, c’est déjà un très bon point. Je dis ça parce qu’il y en a qui prennent des photos sur internet et font croire que ce sont les leurs. Je préfère passer par les modèles pour leur demander comment s’est déroulée la séance avec tel ou tel. C’est ce qui est rassurant, parce qu’il y a une solidarité entre modèle dans le milieu. »

Comme tous métiers ou passion, être modèle photo demande des prérequis. Il faut croire en soi, avoir confiance en soi ou s’aimer. En clair, avoir un certain amour-propre.

« Effectivement, il ne faut pas avoir peur de poser ou honte. Ça m’arrive de shooter sur Lyon par exemple et les gens s’arrêtent pour te regarder et c’est là que la confiance joue beaucoup. »

Altruiste et hypersensible, Maureen aime aider les gens autour d’elle. Il lui est arrivé de donner d’elle pour aider d’autres modèles à se sentir bien lors de casting ou séance photo.

« C’est un métier où il y a toujours un échange. Un entre le mannequin et le photographe et même entre modèles. Moi je ne suis pas là pour rabaisser les autres, au contraire. Mais bon, les gens ont cette image malsaine du milieu, alors que ce n’est pas souvent le cas. Dans mon cas, si je suis prise par le jury c’est super, sinon ce n’est pas grave. On recherche plus des profils dans ce milieu, si je ne l’ai pas, c’est que ce n’était pas mon moment. »

Certains modèles sont doué(e)s naturellement, tandis que d’autres s’entrainent. Maureen est plutôt autodidacte. Il suffit de lui montrer une fois, pour qu’elle accapare l’idée. Néanmoins, il n’y a qu’avec la pratique que vient l’expérience et la Lyonnaise en a de belles à son actif. (On en parle un peu plus tard). Il faut tout de même savoir que Maureen est consciente que c’est une passion avant d’être un métier. Certes, elle est rémunérée, mais ce n’est pas assez pour en vivre.

« Dans le milieu, celles qui ont plus d’expérience que moi le disent : « C’est compliqué d’en vivre ». En général, on a un emploi à côté. Bien sûr si je peux gagner ma vie en faisant ça tant mieux, mais si ce n’est pas le cas, je continuerai à voir ça comme une passion. »

UNE PASSION PLEINE D’EXPÉRIENCES

En deux ans, notre modèle photo originaire d’Annecy a multiplié les projets. Des plus simples aux plus élaborés en passant par les clips musicaux et les shooting pour de la lingerie, Maureen a déjà un book bien garni. D’ailleurs, à l’heure où vous lisez ces lignes, il se remplit encore. Toutefois, elle a réussi à nous établir une liste de ces projets préférés. Elle en a choisi un dans chacune des catégories suivantes : publicités, clip vidéo, figuration et enfin un top 3 shootings.

PUBLICITÉ

« J’ai fait un shooting pour une marque de lingerie nommé Luxa. La lingerie, c’est ce que j’apprécie le plus. C’était une séance qui m’a beaucoup marqué encore aujourd’hui. »

CLIP MUSICAL

« C’était avec un rappeur suisse qui était venu à Lyon. J’ai beaucoup aimé la chanson. Elle parle d’un mec qui est tellement passionné par sa musique qu’il délaisse sa copine. Et moi, je joue la copine oubliée dans le clip. Franchement, c’était super. Il avait mis les moyens. »

FIGURATION

« Après un shooting photo au Parc de la Tête d’OR à Lyon, un réalisateur m’a contacté après avoir vu les photos sur Instagram. Il voulait que je tourne dans ses deux court-métrages. »

TOP 3 SHOOTING

  1. « C’était un shooting avec des rapaces. On est allé du côté de St-Étienne, chez un fauconnier. Je devais tenir un poussin mort et tendre mon bras pour que le faucon vienne se poser sur ma main. Au début j’avais peur, mais après ça allait. C’était impressionnant d’avoir à côté de moi un aigle des Steppes. »
INTERVIEW : MAUREEN, MANNEQUIN ÉDITORIAL SUR LYON
© IG : @gmprod42
  1. « Shooting avec un serpent, un cobra royal appelé d’Horus. Le contact de ma peau avec celle du serpent a créée comme une connexion. J’étais en lingerie pour celui-là et c’était vraiment spécial. »
  2. « Enfin, ce shooting est récent. On l’a fait au Pilat avec une autre fille. Au départ, j’étais habillée, puis j’ai fini en lingerie dans la neige. Excellent. »

Quoi qu’il en soit, on ne peut pas dire que Maureen n’est pas une passionnée. C’est vrai que dans le commerce, elle dit plutôt être travailleuse discipliné, en revanche dans la photo, c’est une passionnée qui donne tout. Néanmoins, il ne faut pas oublier que sans photographe, il n’y a pas de mannequins et Maureen a ses préférés. Il y a @gmprod42, Philipe et @cathy_portraits ainsi que @marvalphoto pour ne citer que ceux-là.

« Avec ces trois-là, j’ai dépassé le stade de la collaboration professionnelle. On n’est pas forcément meilleurs amis, mais je prends plaisir à shooter avec eux.« 

MAUREEN : JE SUIS UNE ACHARNÉE QUI NE LÂCHE RIEN

« Dans la vie, ce qui me motive et me pousse à me lever chaque matin, ce sont tous les projets/métiers que j’ai envie de faire. Je veux faire de l’ingénierie d’affaires. Je peux simplifier ça analyse commerciale. Évidemment, il y a la famille et mes proches, mais j’ai un but et il faut que je fasse tout pour l’atteindre.« 

Peu importe où elle se trouvera, le travail d’équipe et les objectifs seront toujours sa boussole. On parle de boussole parce que lorsqu’on lui demande ce qu’elle ferait avec une carte de crédit à plafond illimité et utilisable qu’une seule fois, elle répond :

« J’irais dans une agence de voyage pour acheter un pack ultime qui me permettrait de faire le tour du monde de tous les pays de la planète, tous frais payés dans chaque ville.« 

Enfin, avant de nous laisser, Maureen a voulu vous encourager à croire à en vous et à être déterminés. Retrouvez tout son travail sur Instagram @bbgirl_modeling et si vous souhaitez travailler avec elle, ça se passe sur ce lien !

%d blogueurs aiment cette page :