LE STREAMING A CHANGÉ LA MUSIQUE COMMERCIALE

Est-ce que vous avez remarqué à quel point le streaming à changer la musique commerciale ? Non ? Je vous explique pourquoi je pense que oui.

Sincèrement, je pense que le streaming à changer la musique à tout jamais. Dans cet article, je me concentre sur les styles de musique que j’affectionne. Le rap, le hip-hop, le r’n’b, k-pop, pop, etc. Toutefois, il se peut que ce changement s’étend sur d’autres genres musicaux. Enfin, je précise que je n’ai pas fait une analyse de fond en comble. Ici, je partage un ressenti, une impression sur comment le streaming a changé notre façon d’écouter et de faire de la musique.

LES DONNÉES DU STREAMING FAÇONNENT LA CRÉATION MUSICALE

À une époque, lorsqu’on achetait encore en grand nombre des albums physiques, c’était pour entrer dans l’imaginaire d’un ou d’une artiste. Les albums racontaient une histoire. Ils commençaient souvent avec des chansons au rythme assez lent et montaient en puissance avant de redescendre tranquillement. Des albums comme Confessions d’Usher est un ascenseur émotionnel à lui tout seul. Nelly et son double-album Sweat et Suit en 2004, proposait deux ambiances distinctes, mais qui allaient bien ensemble. Il y avait une vraie construction derrière.

Aujourd’hui, c’est la course aux hits et les maisons de disques l’ont bien compris. Il faut que la chanson accroche dès le premier beat ! L’exemple de The Way Life Goes de Lil Uzi Vert est très parlant. La chanson démarre aussitôt sur le refrain. Aucune intro, aucun pont, pas de chichis comme on dit. BIM ! Il faut être efficace dès le départ parce que le consommateur n’a plus la même patience. Les algorithmes comme ceux de YouTube, disent aux artistes où et quand les gens arrêtent d’écouter leurs chansons. Bien sûr, il y a des artistes qui continuent à faire de la musique comme avant, mais ils sont de moins en moins nombreux.

L’INFLUENCE DES RÉSEAUX SOCIAUX SUR LE STREAMING

Les stories Instagram, les reels et TikTok sont devenus le meilleur moyen pour un artiste de promouvoir une chanson. Un bon instrumental, un refrain facile à retenir et surtout un bon challenge peuvent lancer une carrière aujourd’hui. Voire la raviver pour certains. En écrivant ça, je pense au challenge de maquillage qui utilisait Don’t Rush de Young T & Bugsey. Le challenge a fait le tour du monde pendant le premier confinement. Il y a eu tellement de buzz que Dadju a fait un remix pour surfer sur la tendance. Évidemment il n’était pas le seul vu que Busta Rhymes et DaBaby ont aussi posé leur voix sur l’instrumental.

DES CHANSONS DE PLUS EN PLUS COURTES

Vous n’avez pas remarqué qu’il y a de plus en plus de chansons qui tombent sous la barre des 3 minutes ? Ce n’est pas hasard. Effectivement, c’est dû aux revenus que touche un artiste avec ses streams. Sachez alors qu’ils ne peuvent pas tous devenir riches grâce aux plateformes musicales. Rien (pour l’instant) ne peut remplacer les gains réalisés grâce à une tournée de concerts, ventes de produits dérivés et de CDs. Reprenons notre ami Lil Uzi Vert. Il représente bien la nouvelle génération d’artistes. Son hit XO Tour Lif3″ a été écouté 1,3 milliard de fois. Pour chaque écoute, il a touché .005 dollars.

Je vous laisse faire le calcul, mais comparez ça à une tournée dans des salles de concerts toutes remplies. Maintenant, si je fais de la musique pour m’enrichir, je suis perdant dans mon ratio énergie dépensée/gain reçus avec cette paye par stream. C’est pour ça, je pense que certains artistes comme Lil Pump font des chansons comme Gucci Gang qui dure à peine 2 minutes. Moins elle dure, plus vite l’utilisateur la relance. Le tableau ci-dessous datant de 2017, vous montre ce que touche un artiste par stream. De plus, vous pouvez combien de streams il lui faut pour toucher le salaire minimum américain de 1,472 dollars. Votre chanson a intérêt à buzzer si vous voulez manger grâce à elle.

An overview of how streaming is changing the music industry with how much DSPs pay musicians

À LIRE AUSSI : SPOTIFY : COMMENT LES ARTISTES SONT PAYÉS ?

LA MUSIQUE EST PLUS VARIÉE

Aujourd’hui et plus que jamais, la musique est variée. On a déjà eu droit à des collaborations rap et rock/métal avec Run D.M.C et The Rolling Stones. Dans les années 2000, c’était Linkin Park et Jay-Z qui nous sortaient Numb/Encore. Sans compter les innombrables featurings entre chanteuses/chanteur et rappeur/rappeuses. Ce n’est pas nouveau du tout. Cependant, c’est de plus en plus fréquent. Souvent, il n’y a même pas de collaboration, mais juste un artiste qui mélange plusieurs genres dans une seule et même chanson. Je pense à Lil Nas X et Old Town Road, en 2019. À l’intérieur de cette chanson, on a du country, du hip-hop avec une dose de R&B. Même des rappeurs comme Young Thug font du blues maintenant.

LES ARTISTES COLLABORENT DE PLUS EN PLUS

Avec le streaming, le monde de la musique n’a jamais été aussi compétitif. On a l’impression que tout le monde peut devenir la star de demain. C’est pourquoi, les artistes collaborent un maximum parce qu’ils savent qu’il faut constamment sortir des titres. Aujourd’hui, on oublie vite parce qu’il y a tout le temps de la nouveauté. Il faut être cette nouveauté. Ce qui se passe c’est qu’il y a des chansons sur lesquels on trouve 3-4 artistes et souvent une dizaine de personnes créditées. Cardi B a crédité 17 personnes sur son titre Be Careful !

Le roi de ce genre de collaboration actuellement est DJ Khaled. Il propose l’instrumental, puis trouve quelqu’un pour le refrain et les rappeurs pour les couplets. Ça marchait déjà depuis We Taking Over.

Bon, je ne cherchais pas à vous convaincre, mais plutôt à vous partager ma réflexion. On a d’ailleurs débattu là-dessus dans un épisode d’En Attendant Le Bus que je vous invite à regarder !

%d blogueurs aiment cette page :