LES BARONNES : QUAND LES FEMMES DIRIGENT LA MAFIA

Petite surprise de 2019, #LesBaronnes met en avant la position de la femme dans la pègre des 70s et installe une ambiance noire sans pour autant marquer les esprits.

Il s’agit du premier film d’ Andrea Berloff (scénariste de N.W.A : Straight Outta Compton). Les Baronnes réunit Mélissa McCarthy (Kathy), Tiffany Haddish (Ruby) et Elisabeth Moss (Claire). Pièces centrales de l’histoire: les trois femmes sauvent de justesse un film mafieux se déroulant dans un Hell’s Kitchen mal famé des années 1970.

UN SCÉNARIO QUI MANQUE DE CRÉDIBILITÉ

Les Baronnes : Photo Elisabeth Moss, Melissa McCarthy, Tiffany Haddish
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

Les Baronnes c’est l’histoire de trois femmes au foyer, mariées chacune à un membre de la mafia irlandaise gérant le quartier de Hells Kitchen à New York. Toujours mises à l’écart, elles regardent leurs maris faire les 400 coups de loin. Cependant, tout change le jour où ils se font arrêtés par le FBI et écopent de plusieurs années de prison.

Voyant que la famille ne s’occupe plus d’elles maintenant qu’elles sont seules, elles décident de prendre les choses en main, littéralement. Bien sûr, tout n’est pas vu d’un bon œil par le nouveau chef de la mafia, Little Jackie (Myk Watford) et voilà qu’une guerre interne éclate, entre elles et lui…

Les Baronnes : Affiche
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

UNE RÉALISATION MOYENNE

Inspiré du comics « The Kitchen », Les Baronnes pèche par un manque de crédibilité assez flagrant. L’ascension des trois protagonistes est bien trop rapide. On a l’impression que du jour au lendemain, elles sont passées de l’ombre à la lumière sans conséquences sur leur vie respective. Leur prise de pouvoir n’est à aucun moment menacée par la police. À vrai dire, cette dernière est inexistante. Tout bon film de mafieux à son flic prêt à tout pour faire régner l’ordre, non ?

Les Baronnes : Photo Domhnall Gleeson, Elisabeth Moss, Melissa McCarthy, Tiffany Haddish
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

En terme de réalisation pure et dure, on ne s’ennuie pas vraiment, mais on ne s’attarde pas non plus sur les choses importantes: leur vie de famille, les difficultés inhérentes à ce genre d’activités, par exemple. Tout se passe trop bien et c’est presque pas normal. La violence est bien évidemment présente. Toutefois, elle n’est pas exacerbée. Côté musique, ça manque d’ambiance, mais bon, c’est un détail…important surtout lorsque le film nous transporte à une époque comme celles des années 70. Get down on it ♫

Les Baronnes : Photo Elisabeth Moss, Melissa McCarthy, Tiffany Haddish
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

SAUVÉ PAR LE CASTING

Encore une fois, on apprend pas beaucoup de choses sur les personnages principaux. Toutefois, on finit par comprendre comment leur vie avant le pouvoir influence leurs choix. Les actions ne sont pas toujours crédibles, mais bon, en étant indulgent, ça passe…

Les Baronnes : Photo Myk Watford
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

Le film est sauvé par les performances des trois actrices. Melissa McCarthy, dans le rôle de la mère au foyer qui a la tête sur les épaules et qui pense à tout le monde, fait jouer de son charisme. Tiffany Haddish montre qu’elle est aussi capable de faire autre chose que des comédies. Son personnage est une femme noire mariée à un irlandais dont la famille est raciste…pas facile. Quant à Elisabeth Moss, elle réalise la plus grande transformation des trois, mais on vous laisse découvrir ça de vous même !

Les Baronnes : Affiche
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

À LIRE AUSSI : THE IRISHMAN, DU PUR MARTIN SCORSESE COMME ON L’AIME

A VOIR MAIS SANS PLUS

Les Baronnes : Photo James Badge Dale, Tiffany Haddish
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

En somme, Les Baronnes n’est pas un film à Oscars, mais vaut le détour le temps d’un week-end. On déplore aussi un manque réel d’opposition…Enfin on pourrait dire que leur réel obstacle n’est autre que leur ancienne vie de femme au foyer… mais bon. Le scénario est bien trop linéaire. On aurait aimé en voir un peu plus de la part des maris, ou de la belle-mère de l’une d’entre elles par exemple. D’ailleurs, le retour au bercail de leurs conjoints est bâclé et on se dit : « ça y est? C’est tout ? »

Les Baronnes : Photo Melissa McCarthy
Les Baronnes © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.

Toutefois, le film réussit son pari de faire un film mafieux avec des femmes au premier rang et, même si ce n’est pas le plus réussi du genre, il pourrait bien lancer une nouvelle tendance ! À quand un The Irishwoman ? On l’espère bientôt !

Les Baronnes : Affiche

%d blogueurs aiment cette page :