Site icon CYM PRESS

MORTAL KOMBAT : PAS DE FATALITY AU PROGRAMME

Le film Mortal Kombat est enfin disponible sur HBO Max. Entre fatalités et grand manque de profondeur, il aurait pu offrir plus que ce qu’il propose en 1h50.

DE QUOI PARLE MORTAL KOMBAT ?

Mortal Kombat, avant tout c’est d’abord une franchise de jeux vidéo de combat assez violents mettant en scène des combattants humains et non-humains. Le film reprend le principe des jeux dans les grandes lignes. On suit Cole Young (Lewis Tan), un combattant de seconde, voire troisième zone qui est pourchassé par un assassin du nom de Sub-Zero (Joe Taslim). Ce dernier a pour mission d’éliminer tous les combattants élus pour représenter la Terre lors du Mortal Kombat. C’est un tournoi où le sort des mondes est mis en jeu. Encore une défaite et la Terre sera dominée par l’autre monde. Je résume pas mal sinon je risque de spoiler le scénario. Quoiqu’il n’ait pas grand-chose à spoiler. Toutefois, je dois préciser que Cole n’existe pas dans l’univers de MK. Il est là pour servir un peu de nouvel arrivant qui permet aux nouveaux spectateurs de tout comprendre.

ÇA ME FAIT PENSER À…

Ce Mortal Kombat fait partie de la longue liste de films qui s’adaptent de jeux vidéo de combat. On peut remonter au Street Fighter sorti dans les années 90, au Tekken en passant les Tomb Raiders et même le très mauvais Dead or Alive.

ET LA RÉALISATION DE MORTAL KOMBAT ?

On nous a clairement vendu du rêve. Je ne vais pas dire que c’est nul, mais ce n’est pas aussi extraordinaire que ça. À lire les news sur le film, on avait l’impression que c’était un film à gros budget. Au finale, une fois devant, on se dit « bon okay, les effets spéciaux sont sympas, mais sans plus quoi ». Je pense qu’il y a de fans sur YouTube, avec un petit pactole, ils font tout aussi bien, voire mieux.

En ce qui concerne le scénario, je ne comprends pas pourquoi l’histoire personnelle de Cole n’est pas plus développée que ça. On sent le raccourci pris en faisant de lui un orphelin, car ça évite de s’étendre sur son passé. Pourtant, il a fondé une famille, mais celle-ci sert d’attache sentimentale de base. On n’apprend rien sur eux, ni sur lui qu’il ait pu faire avant. Vous me direz, ce n’est pas le propos du film, mais bon quand même.

Dans l’ensemble, ça se regarde surtout pour les combats. Le film met du temps à démarrer après la scène d’introduction, puis tout d’un coup, tout va trop vite et semble compresser pour ne pas dépasser les deux heures. Les personnages emblématiques sont là. Jax, Keno, Sonya Blade, Liu Kang, Kung Lao, Scorpion et bien sûr Sub-Zero. Malgré ça, on a l’impression que le film rate sa cible.

LA PERFORMANCE QUI M’A MARQUÉ

Incontestablement, de tout le film, on ne retient qu’une seule personne et c’est Sub-Zero. Joe Taslim, l’acteur derrière, fait preuve d’un charisme tel, qu’on oublie les autres. Ils auraient dû appeler le film Mortal Kombat : Sub-Zero quelque chose. C’est lui la star du film et chaque apparition reste gravée dans la mémoire jusqu’à la prochaine.

MON AVIS

En tant que fan de la saga, je m’attendais à un peu plus de qualité et de profondeur. Pour le fan qui n’est pas exigeant, Mortal Kombat sera un bon divertissement et les fatalités lui feront plaisir. J’ai passé un moment sympa, même si j’ai trouvé le tout un peu trop facile et bâclé côté déroulement de l’intrigue si on peut appeler ça comme ça ici. C’est du fan service, rien de plus. Ce MK se classe dans la catégorie de film de jeux vidéo qui n’arrivent toujours pas à reproduire ce que les Marvel ou les films DC Comics arrivent à faire avec les superhéros.

ALORS ?

Regardez-le, débranchez le cerveau et tout se passera bien.

Exit mobile version