MULAN (2020) EST UNE DÉCEPTION POUR LES FANS ! 😫

On sentait la déception venir, mais on s’est dit qu’il fallait lui donner une chance. Malheureusement, Mulan déçoit à plusieurs niveaux.

Longtemps repoussé pour finalement arriver en streaming en Europe, le live-action de Mulan rate finalement la cible. Disponible depuis le 4 septembre 2020 sur Disney+, on vous dit pourquoi il ne faut pas le regarder.

MULAN : PLUS PROCHE DU CONTE QUE DU DESSINS ANIMÉ

Fini Mushu et le petit cricket. Place à un phœnix qui vole au-dessus de la tête de Mulan et qui veille sur elle. Ce dernier ne parle pas. Disons qu’il est un ange gardien majestueux. Quant à Cricket, il devient un compagnon d’armes de Mulan qui doit avoir tout au plus 5 phrases en 2 heures. Pour la défense de Disney, le cricket ne parle pas non plus dans le dessin animé. Il faut tout de même ajouter que leur absence enlève une grosse dose d’humour qui faisait tout le charme de celui-ci. Dans ce remake, on ne rit jamais et même quand c’est censé nous faire rire, bah…voilà.

Toutefois, on retrouve certains passages du dessin animé comme la scène chez la marieuse, le bain dans la rivière ou encore la bataille dans la neige. Sauf que l’on a droit qu’à une avalanche sinon ils combattent sur de la terre ferme. L’entrainement est là, même s’ils ne grimpent plus pour enlever la flèche en haut du poteau, mais portent des seaux d’eau au sommet d’une montagne. La musique « Comme un homme » que l’on connait tous est absente, comme toutes les autres. En effet, à aucun moment les acteurs en chantent donc si vous espériez retrouver en ce Mulan un peu de musical, vous faites fausse route.

À LIRE AUSSI : MULAN ARRIVE SUR DISNEY+ LE 4 SEPTEMBRE 2020

UNE RÉALISATION LOIN DES STANDARDS DE DISNEY

La réalisation fait de même. Quand on voit que 200 millions de dollars ont été dépensés, on a mal au cœur. Et ce n’est même pas notre argent ! Okay, c’est un film asiatique inspiré d’un conte traditionnel chinois du 4e siècle, mais quand même. Qu’est-ce qu’il s’est passé au montage et pendant le tournage ? On est en 2020 et on a l’impression de regarder une version enfantine de Tigre et Dragon, mais bâclée niveau action. Encore un peu et l’on peut voir les câbles soulever Liu Yifei (Mulan) dans les airs.

Les décors sont pourtant magnifiques, mais on n’en profite pas vraiment. Pourtant en deux heures, il y a de quoi faire, mais le tout semble précipité. C’est assez étrange comme sensation. On aurait aimé un peu plus de poésie. C’est dommage. On a cet arrière-goût à la bouche, ce truc qui vous fait dire « Ça aurait pu être mieux ». L’idée de rajouter le chi dans l’histoire se retourne finalement contre Mulan.

Qu’est-ce que le chi ?

Le chi, c’est le souffle de vie. C’est l’énergie vitale que l’on a en nous et qui nous entoure au quotidien. C’est la nature, l’amour, la vie, l’univers. Il s’écrit Ki chez les Japonais. Dans les shōnens type Dragon Ball Z, c’est ce que les héros concentrent pour gagner en puissance avant de lancer une attaque. Le Tai Chi est l’une des discipline qui permet de contrôler le chi.

Était-ce nécessaire ? On ne pense pas. Elle aurait pu être tout simplement plus douée que les autres en arts martiaux et combat à l’épée. Ça aurait suffi comme dans le dessin animé. Trop de mysticisme tue le mysticisme, même si l’on a bien aimé l’idée de l’aigle.

UN CASTING QUI ÉTOUFFE MULAN

Gong Li dans le rôle de Xian Lang

Le casting est pas mal. Jason Scott Lee (Bori Khan) et Gong Li (Xian Lang), incarne un duo maléfique charismatique. On retrouve à travers leur personnage, la personnification même des méchants dans les Disneys. Ils sont la parfaite ombre à la lumière de Mulan, qui malheureusement, se retrouve étouffée par leur prestance. D’ailleurs, elle semble être en retrait pendant tout le film. Elle parle peu et n’est pas vraiment très expressive. C’est bête quand on est le rôle principal. De plus, on dirait que tous les autres acteurs lui volent la vedette. Est-ce parce qu’elle doit faire profil bas tout au long du film ? Quand bien même, elle se dévoile, la Mulan version Liu Yifei n’arrive pas à la cheville de la version dessin animé.

Donnie Yen dans le rôle du commandant

Quant aux autres acteurs, ils jouent leur rôle comme il faut. Donnie Yen en commandant est au top même si on aurait aimé le voir plus en action. Jet Li en empereur, ça change. Il a son moment d’action qui rappellera aux anciens, Won Fei Hung de Il Était Une Fois en Chine. Toutefois, un casting ne fait pas tout.

Jet Li dans le rôle de l’Empereur

MULAN = DÉCEPTION

30 euros, ça fait cher la déception. Le voir au cinéma aurait fait moins mal au porte-monnaie… quoique avec les popcorns, ça monte vite. La bande-annonce nous a vendu du rêve, clairement. Si vous avez des enfants, regardez-le avec eux, mais on ne vous le conseille pas, honnêtement. Niki Caro (Paï et l’Affaire Josey Aimes) a eu la lourde tâche de réaliser ce Mulan et on pense qu’elle aurait dû en faire une adaptation plus proche de l’originale.

%d blogueurs aiment cette page :