Publicités

MUSIQUE : JENNIFER LOPEZ EST-ELLE UNE VOLEUSE DE HITS ?

S’il y a une case dans laquelle on peut mettre J-Lo, c’est bien celle de « Légende vivante de la Pop musique ». Une artiste complète à la discographie pleine de hits…dont certains auraient apparemment été volés !? Vérité ou mensonge, à vous de décider.

Attention…L’article contient de nombreux liens YouTube. Comparaison oblige.

On connaît son visage, son corps, sa voix (peut-être pas tellement…), ses pas de danses, son parcours de danseuse, d’actrice et de chanteuse. On a connu ses histoires d’amour avec P. Diddy, Ben Affleck et récemment Drake. Charismatique et talentueuse sont des qualités qui lui vont si bien !

Cependant, on ne connaissait pas tout sur la fabrication de quelques-uns de ses hits, du moins jusqu’à ce que le compte Twitter @PallahAbdul dévoile, avec preuves à l’appui, comment ceux-ci sont nés. Entre « vols » ou simplement décisions marketing et artistiques, il y a des histoires intéressantes derrière les plus grands succès musicaux de J-Lo.

On laisse vos oreilles juger.

JENNIFER LOPEZ – IF YOU HAD MY LOVE

Nous sommes en 1999, Jennifer Lopez est déjà une actrice connue, notamment grâce aux films Selena, Anaconda ou encore Jack avec Robin Williams. Pour lancer sa carrière musicale et son premier album On The 6, elle sort son single If You Had My Love en mai 1999.

Le son est un succès et se place numéro 8 sur le Billboard Hot 100 chart. Ce que l’on ne remarque pas à l’époque, c’est que la chanteuse R&B, Chanté Moore, avait dans son 3e album (sorti avant le single de J-Lo) un titre nommé « If I Gave mY Love ». Les deux sons sont produits par Rodney Jerkins alias Darkchild, grand producteur de l’époque.

Selon Chanté Moore, P. Diddy, qui bosse sur l’album de J-Lo, entend la version de Chanté et la veut pour Miss Lopez. Le problème est que Darkchild, à cause du contrat avec Chanté Moore, ne peut céder à la requête de Puff Daddy. Qu’est-ce qu’il fait ? Il produit une version assez similaire du titre pour J-Lo. Chanté Moore qui veut sortir la chanson en single, ne peut plu étant donné que la version de J-Lo fait un carton.

JENNIFER LOPEZ – WAITING FOR TONIGHT

C’est tout simplement une reprise d’un titre chanté par un trio nommé 3rd Party. Il a été écrit par l’une des membres Maria Christensen, aidée par Michael Garvin et Phil Temple. La chanson était présente dans l’album du groupe, Alive en 1997.

Jennifer Lopez sort Waiting For Tonight comme second single de son premier album. Un deuxième hit qui lui permet de remporter le MTV Video Music Award pour Meilleure Vidéo Dance de l’année. Les chansons sont identiques.

À savoir si le groupe était d’accord pour ça, mais à l’époque personne ne remarque. 3rd Party n’est pas un groupe célèbre. À vous de juger.

JENNIFER LOPEZ – LET’S GET LOUD

Dans ce cas précis, on ne peut parler de vol mais plutôt de décision marketing. En 1999, la chanson est destinée à Gloria Estefan. Cette dernière pense que le titre ressemble beaucoup à ses autres chansons. Elle décide de ne pas le sortir et laisse le son à J-Lo. Nouveau succès de son premier album. Ça fait trois !

Gloria Estefan sera tout de même mentionnée en tant que co-auteure du tube.

En 2011, Gloria Estefan insère le son en bonus dans son album Miss Little Havana.

JENNIFER LOPEZ – I’M REAL

L’ancien mari de Mariah Carey en 2001, est Tommy Mottola. Il est alors patron de Sony Music. La rumeur dit qu’il aurait volé (ou pris les devants) des mélodies et des samples prévus pour Mariah Carey et son album Glitter pour les donner à J-Lo.

Le remix de I’m Real a bien plus de succès grâce à Ja Rule qui est plus qu’au sommet début 2000 (tout comme Ashanti mais on en parle juste après). D’ailleurs, il est appelé sur le remix pour booster J-Lo après les ventes décevantes de son single Play.

I’m Real de Jennifer Lopez utilise le sample de Firecracker de Yellow Magic Orchestra sorti en 1978, ce même sample prévu pour Loverboy de Mariah Carey.

Et si Mariah Carey avait utilisé le sample Firecraker ? La réponse en vidéo.

JENNIFER LOPEZ – I’M REAL REMIX FT. JA RULE

Dans le remix, on ne sait plus trop si c’est Jennifer Lopez qui chante ou Ashanti. En effet, cette dernière enregistre une démo qu’elle présente à J-Lo. On peut entendre la voix d’Ashanti (en back et dans le refrain) dans la version définitive, mais on ne peut voir son nom dans les crédits.

Ashanti n’avait pas apprécié…

JENNIER LOPEZ – IT AIN’T FUNNY REMIX

L’histoire se répète pour Ashanti. On est en 2002, elle enregistre une démo de Ain’t It Funny Remix pour Jennifer. Il faut savoir qu’à l’époque ça se fait beaucoup dans l’industrie et même encore aujourd’hui. Le bémol ici, c’est que les producteurs décident de garder la voix d’Ashanti. Ils la créditent pour l’écriture de la chanson mais pas pour sa voix. Lot de consolation ? Elle apparait dans le clip pendant que J-Lo fait du playback sur sa voix. La vie…

Ashanti s’explique sur cette histoire à l’époque.

JENNIFER LOPEZ – PLAY

Christina Milian écrit la chanson en 15 minutes. Tommy Mottola l’écoute et décide de l’utiliser pour J-Lo. Il garde la voix de Christina au refrain et supprime celle de Jennifer. Aussi simple que ça. Pour la petite information, Christina Milian est la personne derrière les paroles de Baby de Justin Bieber.

JENNIFER LOPEZ – JENNY FROM THE BLOCK

Le titre sort en single en 2002 et apparaît dans l’album This is Me…Then. Si vous ne connaissez pas cette chanson, c’est assez grave ahahah. Natasha Ramos est une chanteuse peu connue. Elle enregistre la démo. Les producteurs gardent sa voix dans le refrain et à d’autres passages sans la mentionner dans les crédits. À croire que c’est systématique.

Autre chose. J-Lo from The Block  avait samplé sans permission Watch Out Now des Beatnuts sorti en 1999. Le groupe s’était plaint à l’époque, mais l’argent a permis de trouver un terrain d’entente plus tard.

Il y en a d’autres. Son titre Get Right devait être dans l’album Confessions de Usher en 2004. N’étant pas satisfait du résultat, il décide de ne pas la garder. Miss Lopez récupère le son sans prévenir Usher.

En 2011, son tube On the Floor ft. Pitbull ressemble à Party O’Clock de Kat DeLuna. Les deux titres sont produit par RedOne qui semble ne pas s’être foulé.

Cet article n’est pas là pour descendre Jennifer Lopez, mais plutôt montrer au travers des différentes histoires derrière ses tubes, que l’industrie de la musique est pleine de mesquinerie, d’entourloupes, etc. De nombreux artistes ont bénéficié de l’inspiration de collègues moins connus, talentueux ou chanceux tout simplement.

'Jennifer Lopez: All I Have' grand opening show at the AXIS at Planet Hollywood, Las Vegas, America - 20 Jan 2016
© Variety

Pour percer dans la musique, il faut un certain charisme, une certaine aura et pas seulement une jolie voix ou de l’inspiration. Sans dénigrer personne ici.

Il est donc possible que les producteurs autour de Jennifer Lopez aient trouvé plus judicieux d’utiliser son image. Qui sait ? On aurait peut-être jamais connu certaines chansons si ce n’était pas grâce à sa présence et talent scénique.

Ce qui dérange néanmoins, ce sont ces pratiques douteuses récurrentes. Éthiquement parlant c’est pas l’idéal et on en vient à se demander si Miss Lopez était ou pas au courant de tout ce qui se passait derrière le rideau. Il est difficile de croire qu’elle ait été la marionnette de ses hommes toute sa carrière, surtout quand on voit à quel point elle a maitrisé la sienne. J-Lo est dans le paysage musical depuis 1999 tout de même.

150419795_jennifer-lopez-singing
© SimpleMost

Cette réputation la suit depuis des années, mais bon c’est le côté sombre du business. Un chèque accepté trop vite, de la naiveté, etc et votre inspiration profitera à d’autres, sans que l’on vous remercie comme il se doit.

Enfin, fan ou pas de J-Lo à vous de juger, mais sachez qu’elle n’est surement pas la seule artiste dans ce cas de figure.

Sources : PopCrush / BreatheHeavy / SongFacts

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :