INTERVIEW : CHRIS LOCKO VIT AU RYTHME DU KRUMP

Chris Locko est passionné par le Krump. Une danse qui a émergé dans les années 2000. Il a accepté de partager un bout de son histoire avec nous.

BAIGNÉ DANS LE KRUMP

Chris Locko est né à Paris dans le 20e arrondissement. Avant de se lancer dans l’animation socio-culturelle, il obtient son BEP secrétariat. Comme un peu toute une génération fan de hip-hop et danse, Chris tombe sur le documentaire Rize de David Lachapelle.

Je me suis découvert une passion de la danse, il y a 13 ans. Je suis tombé sur ce fameux documentaire et j’ai adoré.

Le Krump a marqué toute une époque avant de se faire un peu oublier et submergé par la multitude de danses qui voient le jour chaque année aux USA. C’est une danse très expressive et qui demande pas mal d’énergie et de temps pour être comprise dans son ensemble.

Je pense que le Krump est et restera une danse underground, ce n’est pas un effet de mode. C’est une passion un moyen d’expression comme beaucoup d’autres arts

UN NOUVEAU DÉPART AU CANADA ?

Notre krumper ne vit pas que pour la danse. En effet, il a une autre passion et celle-ci l’a transporté au Canada.

À côté du Krump, j’ai un boulot et une passion pour les personnes âgées. Je suis parti au Canada pour avoir une expérience internationale. Peut-être que selon les opportunités, j’y resterais…. À voir…

Chris a su saisir une opportunité au bon moment et pour l’instant tout se passe bien pour lui.

Mon intégration s’est bien passé, je suis arrivé une semaine avant la pandémie. Coup de chance 🤞🏾 ?

À LIRE AUSSI : PORTRAIT  : PRNL, UNE AMOUREUSE DE LA DANSE AFRO

UN COEUR QUI KRUMP POUR SA PASSION

Disons que le destin n’y est pas pour rien dans son arrivée au Canada peu de temps avant la pandémie. Ce séjour là-bas lui permet de découvrir une autre scène, un autre monde et une autre façon de danser le Krump.

La scène Krump au Canada est beaucoup plus restreinte qu’en France. Le Krump a beaucoup plus de succès à Montréal et du côté de Toronto, ça commence à bouger aussi.

En parlant de bouger, Chris se voit rester au Canada deux ans. Quand on lui demande de faire un choix entre la danse et son métier, « la question est vite répondue.« 

Pour l’instant 2 ans. Lol la danse! Le Krump c’est plus fun bien évidemment

Le parcours de Chris est admirable. Ce n’est pas facile que quitter son pays pour commencer une nouvelle vie dans un autre. Il faut du courage et de la volonté. Voici ce que notre Krumper conseille à ceux qui veulent s’expatrier comme lui :

Toujours croire en ses rêves même si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, mais il faut tenter, expérimenter, voyager, c’est très enrichissant ! Ça permet d’élever son esprit surtout un pays enrichissant comme le Canada

Abonnez-vous à ses comptes Instagram et YouTube.

%d blogueurs aiment cette page :