GAMING

LA DREAMCAST : UNE CONSOLE EN AVANCE SUR SON TEMPS

On est en fin d’année 1999, SEGA annonce l’arrivée de sa nouvelle console de salon, la Dreamcast. Légère, puissante et possédant un lineup varié, le dernier bébé de SEGA marque les esprits. La Dreamcast est en avance sur son temps, peut-être trop même, mais encore aujourd’hui, elle rend nostalgique des milliers de gamers.

Lors de son lancement en Europe, la Dreamcast coûte 260 euros. Dès le Noël de la même année, ses ventes atteignent 500 000 unités. Pour SEGA, c’est fantastique, car le chiffre est atteint 6 mois plus tôt que prévu.

Résultat de recherche d'images pour "dreamcast box"
Carton de la Dreamcast © Console Variation

Je me souviens encore de l’excitation que j’ai ressentie quand j’ai ouvert le carton de la console. J’avais 11 ans et ma mère me l’avait offerte pour Noël avec deux jeux : Sonic Adventure et Power Stone. J’ai joué tout le week-end qui a suivi, non-stop. La manette était trop grande pour moi à l’époque, mais la fluidité des jeux, les graphismes, etc. Tout était révolutionnaire.

Yung Malick

LA DREAMCAST ÉTAIT LA PLUS PUISSANTE

Résultat de recherche d'images pour "dreamcast 128bits comparison"
Comparatif Playstation 2 vs Dreamcast © Fireden

La console est meilleure que la concurrence (128bits de puissance). On parle bien sûr de la Playstation (32bits) et la Nintendo 64 (64bits). Le succès est au rendez-vous, mais sera de courte durée. Fin 2000, SEGA n’a vendu que 1 million de consoles en Europe. Pour y remédier, la compagnie tente un coup marketing en sponsorisant des clubs de football européens comme Arsenal ou encore l’AS Saint-Étienne.

LA PLAYSTATION 2, UNE CONCURRENTE DE TAILLE

Résultat de recherche d'images pour "dreamcast 128bits comparison"
La Playstation 2 © Wikipedia

Cependant, le déclin a déjà commencé. Avec l’annonce de la Playstation 2 de Sony en fin 1999, la Dreamcast perd beaucoup de terrain trop vite. La PS2 est annoncée comme une super révolution. Lors de sa présentation, on peut entendre déjà : des graphismes proches de ceux du film Toy Story, une console rétrocompatible avec les jeux Playstation One et en plus, elle peut lire les DVDs (le streaming était encore loin).

La Dreamcast s’est vendue à 10,6M d’exemplaires dans le monde et seulement 1,91M en Europe contre 3,9M en Amérique du Nord et 2,25M au Japon.

LA FIN AVANT LE RÈGNE

La Dreamcast et ses GD-Rom (un hybrid entre le CD et le DVD d’une capacité de 1,2 Go) ne peuvent pas suivre. En 2001, c’est la fin. L’année 2003 marque l’arrêt de la production de la machine. C’est triste. Cette console était en avance sur bien des domaines et encore aujourd’hui, on déplore que nos consoles ne possèdent pas cette folie de l’innovation comme SEGA à cette période.

Résultat de recherche d'images pour "dreamcast"
La Dreamcast était disponible en plusieurs couleurs © Malwarebytes labs

La chute de la Dreamcast est aussi dûe à la réputation de SEGA en ce qui concerne les consoles. Les échecs de la Sega Saturn ou Sega CD ont fait douter les développeurs et les joueurs.

C’est pourquoi nous avons fait une petite liste de choses qui font de la Dreamcast, une console avant-gardiste et légendaire. Que ce soit dans les accessoires ou les jeux disponibles, la Dreamcast avait tout pour plaire.

LA DREAMCAST : UNE CONSOLE COMPACTE

Avec ces dimensions 19 x 19,58 x 7,55cm, la Dreamcast est relativement petite et légère, son poids est de 1,5kg. Dans le carton, il y avait une manette fournie. D’ailleurs, il faut l’avouer, la manette de la Dreamcast n’est pas ergonomique du tout. Cependant, elle permet de connecter diverses accessoires comme la VMU (Visual Memory Unit).

LE VMU (VIRTUAL MEMORY UNIT)

Résultat de recherche d'images pour "dreamcast vmu"
Le VMU était plus qu’un accessoire, c’était une mini-console livrée avec la console © Retroware TV

Cette carte mémoire de 128ko (pour l’époque c’était énorme). Sa particularité est qu’elle dispose d’un écran LCD et d’une sortie audio en plus d’un pad et de 4 boutons. Et ce n’est pas tout. Le VMU affiche selon les jeux, des informations supplémentaires sur la partie en cours : (il peut afficher la carte, le niveau de santé d’un personnage) ou servir de tamagotchi en nous permettant d’élever des animaux virtuels que l’on trouvait dans Sonic Adventure par exemple.

DES ACCESSOIRES EN TOUT GENRE

Image associée
Il en manque…beaucoup © Offerup

Il y a un second slot sur la manette pour d’autres gadgets. On parle ici de micros pour donner des commandes vocales dans certains jeux ou pour le jeu en ligne (nous sommes en 1999, internet haut-débit est encore un rêve). On peut y connecter un Jump Pack pour obtenir des vibrations et un retour de force, etc. SEGA était dans le futur.

Résultat de recherche d'images pour "dreamcast fishing controller"
La fameuse canne à pêche Dreamcast ! Avec ça, aucun poisson ne vous échappera ! © Sega Retro

Ce n’est pas tout. La Dreamcast, c’était tout ce que fait la WII, mais 15ans plus tôt. Pour la console, on peut trouver des volants, des joysticks arcade, des pistolets optiques, une souris et un clavier, même une manette en forme de canne à pêche pour le jeu Sega Bass Fishing et qui est utilisable pour Soul Calibur. En effet, les mouvements d’épée verticaux et horizontaux sont retranscrits à l’écran. Ça ne vous rappelle pas une certaine Wiimote ?

DÉJÀ HYPERCONNECTÉE

La dernière machine de SEGA voyait grand pour l’époque. Dans ses nombreuses innovations, on trouve un câble permettant de la connecter à la Neo Geo Pocket Color de SNK (Nintendo fera pareil peu de temps après avec son cable donnant la possibilité de relier une GameCube à une Game Boy Advance).

File:Dreameye.jpg
Dites cheeeeeeese © Sega Retro

N’oublions pas le Dreameye, l’ancêtre de l’EyeToy de Sony. Le Dreameye est un appareil photo numérique qu’on peut utiliser pour échanger des photos et faire des appels vidéos grâce à la connexion internet de la console. À cette époque déjà, SEGA voulait s’associer avec Motorola pour développer un téléphone cellulaire compatible Internet afin de télécharger de façon rapide des jeux et des données. On en parle du jeu en ligne ?

Résultat de recherche d'images pour "eyetoy ps2"
EyeToy de Sony pour Playstation 2 © Référence Gaming

Enfin, c’est la première console qui dispose d’un adapteur VGA pour jouer sur des écrans d’ordinateurs et des téléviseurs en 480p.

LA DREAMCAST ET SA DREAMARENA

La Sega Saturn et son Nega NetLink permettait déjà l’accès à internet grâce à un modem. La Dreamcast dispose d’un modem amovible que l’on place sur le côté droit de la machine. Sa vitesse était de 33,6 kbits/s en Europe contre 56 kbit/s ailleurs. Ajoutons à tout ça, son propre portail d’accès internet nommé Dreamarena. Les parties de Phantasy Star Online en réseau…que de souvenirs !! Le service s’est arrêté la même année de l’arrêt de production de la console, 2003.

File:DreamcastModem US.jpg
Modem Dreamcast © Sega Retro

La Dreamcast est sorti trop tôt des fourneaux. Un peu comme beaucoup de créations avant-gardistes, elle a été mal comprise, même par ses créateurs qui ont cru en son potentiel sans y croire réellement. Avec une meilleure communication marketing autour de la console, la Dreamcast aurait vécu plus longtemps que ses quatre ans d’ascension fulgurante à son déclin tout aussi rapide.

Cette console de SEGA procurait les sensations d’un jeu d’arcade à la maison. La machine avait un hit dans chaque catégorie de jeu, mais ça on vous en parle dans un prochain article. Il y a tellement de choses à dire sur cette console devenue légendaire après sa « mort », qu’un seul post ne suffirait pas.

Sources : The Guardian / Wikipedia / Kotaku / The Gamer / Sega Retro

Publicités