THE IRISHMAN, DU PUR MARTIN SCORSESE COMME ON L’AIME

Dernier né de Netflix depuis le 27 novembre, The Irishman est une petite pépité signée Martin Scorsese. Des acteurs monstrueux rajeunis numériquement, une histoire de sang, d’argent et de pouvoir sur fond historique prenant. Il n’en faut pas plus pour reconnaître la patte du génie Scorsese. Sans plus attendre, une plongée fascinante au cœur de la mafia…

The Irishman
Robert De Niro, monstrueux dans ce rôle qui lui va comme un gant…(The Irishman)

« Il paraît que tu peins des maisons » …métaphore pour désigner les basses tâches de la mafia : intimidation, racket, exécutions ou encore dynamitage. Dans The Irishman, c’est le quotidien de Frank Sheeran (Robert De Niro), un ancien soldat de la Seconde Guerre mondiale, devenu tueur à gages pour les comptes de la mafia italienne. Sur fond historique bien présent, notamment avec l’assassinat de Kennedy, le film retrace donc l’un des plus grands mystères de la mafia à l’époque : le meurtre de l’emblématique syndicaliste Jimmy Hoffa (Al Pacino) …

THE IRISHMAN, LA RÉALITÉ FROIDE DE LA MAFIA

L’histoire est rythmée par un voyage en voiture entre Frank Sheeran, Russel Bufalino (Joe Pesci) et leurs femmes respectives. On comprendra par la suite, pourquoi Frank Sheeran a ainsi choisi de relater ce passage de sa vie et pourquoi ce voyage semble être le fil conducteur du film. The Irishman, c’est avant tout la dure réalité de la mafia. Ainsi, les violences, les armes, la course pour l’argent et le pouvoir et le sang sur les murs des maisons…

Joe Pesci et Robert De Niro, rajeunis numériquement pour les besoins du film… (The Irishman)

« Tu es le seul, qui n’est pas italien, à porter cette bague » confie Russel à Frank. The Irishman, comme son nom l’indique, se concentre donc sur la vie de Frank Sheeran et sur le meurtre de Jimmy Hoffa. À noter, d’ailleurs, que ce meurtre reste un mystère. Au total, près de 14 personnes ont avoué être l’auteur du meurtre de Jimmy Hoffa. Un mystère qui reste donc bien entier, même si avouons-le, ce n’est pas pour cette raison que ce film passionne.

MARTIN SCORSESE, GÉNIE DANS L’UNIVERS DU CRIME ORGANISÉ

On l’attendait depuis longtemps. Martin Scorsese l’a fait. Après Les Affranchis, Taxi Driver ou encore Les Infiltrés, avec The Irishman, le réalisateur revient à ses premières amours : la mafia. D’ailleurs, une chose est sûre, ce genre lui colle à la peau. Le réalisateur a souhaité se rapprocher au mieux de la réalité et s’est donc inspiré du livre de Charles Brandt J’ai tué Jimmy Hoffa, qui se concentre sur la vie de Frank Sheeran. À savoir que le titre original de ce libre est I heard you paint housesIl paraît que tu peins des maisons

The Irishman

Autour d’une mise en scène sobre, Martin Scorsese s’est appuyé sur une bande son qui accompagne le spectateur du début jusqu’à la toute fin du film. In the Still of the Night, de The Five Satins insuffle ainsi un air de nostalgie et de calme au cœur d’un film qui traite de la violence. Beau paradoxe et encore une fois, très bon choix du réalisateur qui s’est entouré des plus grands pour réaliser The Irishman.

THE IRISHMAN, UN CASTING BLUFFANT

Tout d’abord, Robert De Niro (Taxi Driver, Les Affranchis). Narrateur du film, l’acteur en devient omniprésent. L’histoire défile donc selon son point de vue, ses émotions et expériences. Malgré la violence de ses actes, on se surprend à s’attacher à ce personnage, bourru et intransigeant. Le maquillage et les effets spéciaux, tant pour rajeunir l’acteur que pour le vieillir, sont eux, convaincants. Joe Pesci (Les Affranchis, Maman j’ai raté l’avion) et Al Pacino incarnent respectivement Russel Bufalino et Jimmy Hoffa. Ils complètent ainsi parfaitement ce trio de mafieux, énigmatiques. Leur prestance n’est bien entendu plus à prouver. De plus, la connexion naturelle qui existe entre Al Pacino et Robert De Niro transperce l’écran.

The Irishman

Mention spéciale à Anna Paquin, qui incarne la fille de Frank Sheeran. Martin Scorsese a d’ailleurs été critiqué pour avoir donné peu de dialogues – 7 mots en tout – à Ann Paquin. Pourtant, ses silences et regards, qui en disent longs, témoignent du talent sans limite de l’actrice.

3h29 de film, ça peut faire peur. Pourtant, il les faut bien pour décrire au mieux l’atmosphère de la mafia à cette époque. The Irishman, c’est du grand Martin Scorsese, tout simplement. À voir et à revoir donc sur Netflix…pour les amoureux du réalisateur, des acteurs de ce casting monstrueux, ou tout simplement les mordus de faits réels…

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :