THE LAST DANCE : COMPRENDRE LE CONTRAT DE SCOTTIE PIPPEN

Pourquoi, Scottie Pippen qui était le deuxième meilleur joueur des Chicago Bulls, n’avait que le 122e meilleur contrat de la NBA à cette époque ?

Merci à CBS Sports et Sam Quinn pour les explications.

LA NBA EN 1990 : UN AUTRE MONDE

The Last Dance nous plonge au cœur de la dernière saison des Chicago Bulls avec Michael Jordan. Nous sommes dans les années 90 et plus précisément en 1997. D’un point de vue financier, la NBA n’a vraiment rien à voir avec ce qu’elle est aujourd’hui. La limite salariale par équipe est dix fois plus petite que celle d’aujourd’hui. De plus, les règles quant à son utilisation sont comme qui dirait, inexistantes. Autant vous dire que les équipes faisaient ce qu’elles voulaient avec les contrats. Contrairement au légendaire Scottie Pippen, certains joueurs en ont tout de même profité.

Le documentaire nous fait comprendre qu’en 1997, Scottie Pippen a l’un des pires contrats de l’histoire de la NBA. Un accord de 18 millions de dollars sur 5 ans. En face, Michael Jordan, touche plus de 33 millions sur l’année. Comment se fait-il que Scottie, l’un des dix meilleurs joueurs en activité à cette époque, n’est que le 122e meilleur salaire du championnat ?

À LIRE AUSSI : THE LAST DANCE – MICHAEL JORDAN : « UNE ANNÉE ÉPROUVANTE »

PEU DE RÈGLES AUTOUR DES CONTRATS

Le propriétaire Jerry Reinsdorf n’était pas le genre à renégocier les contrats si facilement. Jerry Krause, le GM, non plus. La paire refuse de revoir les clauses du contrat de Scottie Pippen et préfèrent réfléchir à un moyen de recruter de nouveaux joueurs pour l’équipe. La situation frustre Pippen qui, en 1999 part aux Houston Rockets sur un sign-and-trade. Cependant, la vraie question est, comment et pourquoi Pippen s’est retrouvé avec un tel contrat ?

À l’époque, il n’y a aucune règle qui protège les joueurs et les propriétaires de mauvais contrats. Dans les années 90, la NBA base la limite salariale en fonction des revenus en rapport direct avec le basket-ball. Les équipes sont autorisées à passer la limite que si elles prolongent un de leurs joueurs. Pour le reste, c’est quartier libre. En effet, il n’y avait pas de limite de salaire pour les joueurs, ni de limite de durée de contrat pour les pros et les rookies.

À droite, le salaire ajusté avec l’inflation

Effectivement, ceci a donné lieu au contrat de rookie de 15 ans de Chris Webber avec les Golden State Warriors. Le contrat stipulait une opt-out option après la première saison. Autre exemple, le contrat de David Robinson. Celui-ci n’avait pas de salaire fixe. Le pivot des San Antonio Spurs touchait la moyenne des deux plus gros salaires de la ligue chaque saison. Aujourd’hui, c’est tout bonnement impossible.

SCOTTIE PIPPEN : UN CONTRAT POUR LA FAMILLE

Maintenant que l’on a le contexte, concentrons-nous sur le contrat de Scottie Pippen. Tout commence par la signature d’un contrat rookie de 6 ans lorsque Seattle le draft en 5e position en 1987. Pippen est tout de suite échangé et se retrouve à Chicago. Malheureusement, Scottie va être victime du dicton « Le malheur des uns, fait le bonheur des autres ». Rappelez-vous, nous sommes dans une période de la ligue où les joueurs ne sont pas protégés. Voilà ce qui se passe.

THE LAST DANCE : COMPRENDRE LE CONTRAT DE SCOTTIE PIPPEN

Contrat rookie ou pas, les Bulls, peuvent prolonger celui de Pippen quand ils le souhaitent. Leur chance, c’est que le joueur souhaite avoir cette prolongation de contrat le plus vite possible. Le contrat est renouvelé avant la fin de sa 4e saison, en 1991. Pippen a besoin de cet argent, car il doit s’occuper de sa famille. Il a 11 frères et sœurs qui vivent dans une petite ville de l’Arkansas. Son père et l’un de ses frères sont handicapés. Il avait besoin d’une sécurité financière, non pas pour lui, mais pour sa famille.

UN CONTRAT MAL NÉGOCIÉ

Le bémol est que lors de la négociation, Pippen n’a pas vraiment de quoi appuyer sa demande de hausse de salaire. Chicago peut attendre, mais pas lui. À cela, il faut ajouter qu’il ne pense pas du tout au fait que le salary cap puisse augmenter dans les années à venir. En effet, après la signature de ce nouveau contrat, la ligue va gagner en popularité notamment grâce aux, Boston Celtics et Los Angeles Lakers. La NBA va vivre un boom financier qui fera grimper la limite salariale. Celle-ci passe alors de 11,9 millions pendant l’année 90-91 à 26,9 millions de dollars lors de la dernière année de Pippen avec Chicago.

Le contrat que signe Scottie Pippen stipule qu’il touchera 18 millions de dollars sur 5 ans, en prenant en compte les deux ans qui restent sur son contrat de rookie. Au lieu de toucher 18 millions sur 5 ans, Pippen touchera en fait 18 millions sur 8 ans. Ne vous inquiétez pas, on a bien compté. Lorsque Scottie signe le contrat, on est en pleine NBA Finals de 1991. Les Bulls viennent de passer toute la saison en dessous de la limite salariale et réservent les 1,6 millions qu’il leur reste pour Toni Kukoc. Cependant, il ne viendra pas. Ne voulant pas perdre cette somme étant donné que la masse salariale ne s’économise pas pour la saison prochaine, Chicago doit faire quelque chose sinon c’est de l’argent perdu.

L’équipe décide alors de mettre la pression à Pippen pour qu’il signe parce que la date limite est à minuit, pendant le dernier match des NBA Finals. Ce faisant, ils lui donnent une grosse partie de ses 1,6 millions de sortes qu’ils n’aient pas à le faire sur l’une des 7 prochaines saisons de son contrat. Du coup, ce petit « bonus » agit comme une année de contrat, ce qui fait chuter Scottie au classement des salaires. Selon Marc Spears et le documentaire The Last Dance, tout l’entourage du joueur savait que c’était un mauvais contrat, mais Pippen ne voulait pas prendre de risques.

L’APRÈS SIGNATURE

C’est seulement plus tard que Scottie Pippen comprend qu’il a fait une erreur en prolongeant si tôt. Pendant la saison 1997-1998, Michael Jordan touche 33 millions de dollars contre 2,8 millions pour Scottie qui est pourtant une pièce maitresse de l’équipe. Après la retraite de MJ, Scottie signe un contrat de 67 millions sur 5 ans avec les Houston Rockets. En 2003, alors qu’il a 38 ans, Chicago lui propose de finir sa carrière avec le maillot des Bulls et lui propose 10 millions sur 2 ans. Tout au long de sa carrière, Scottie Pippen a amassé plus de 100 millions de dollars, ce qui n’est rien à côté de MJ, mais on ne crache pas sur ce genre de somme.

THE LAST DANCE : COMPRENDRE LE CONTRAT DE SCOTTIE PIPPEN

C’est tout de même dommage que les Bulls aient profité de sa situation familiale et si l’on peut dire, naiveté, lors de son second contrat avec l’équipe. Cela a permis à Chicago d’avoir 6 titres, mais pour Scottie, l’expérience aurait pu être meilleure.

Source: CBS SPORTS / SAM QUINN / THE LAST DANCE

%d blogueurs aiment cette page :